Article récents

Abonnez-vous

 


Infolettre
Share
5 bonnes raisons pour faire une cure de détox
 
  • VOUS VOUS SENTEZ MAL?
  • VOUS VOULEZ PERDRE DU POIDS?
  • VOUS NE POUVEZ PAS CONTRÔLER VOS FRINGALES DE SUCRE OU DE PAIN?
  • VOUS N’AVEZ JAMAIS FAIT DE CURE DE DÉTOXIFICATION?
  • VOUS AVEZ BESOIN DE REPOS!
La PLUPART D’ENTRE NOUS ASSOCIENT UNE CURE DE DÉSINTOXICATION À LA PRIVATION, À LA FAIM, AU JEÛNE, À DES CURES DE JUS VERTS ET À DE LA NOURRITURE « BIZARRE ».
 
EST-CE VRAIMENT NÉCESSAIRE DE SOUFFRIR POUR SE DÉTOXIFIER?
 
Dominique Abran, naturopathe agrée, je vous propose une autre approche.  Nous pourrions nous rencontrer pour débuter votre année 2016 du bon pied grâce à des méthodes simples et efficaces que j’ai testé au cours des ans.
 
Peu importe vos résolutions pour cette nouvelle année, ensemble, nous pourrions établir un plan d’accompagnement qui soit motivant à votre image, avec un coaching alimentaire, des recettes, et beaucoup plus.
Forward
Chai aromatique
Un bon thé maison pour se réchauffer le corps et le cœur, que voilà une belle façon d’accueillir le changement de saison…
Préparation
Dans une petite casserole d'eau, mettre:
-1 pincée de fenouil
-1 pincée de clous de girofle
-1 bâton de cannelle
-environ 6 petites tranches de gingembre frais
-8 graines de cardamome
-3 anis étoilés
Attention de bien écraser préalablement la cardamome et l'anis pour qu'ils s'ouvrent.
-Faire bouillir 10 minutes.
 
Le chaï se prépare idéalement avec du thé noir de type Darjeeling.  Au goût, ajouter 2 cuillères à café de miel et environ 1 tasse de lait (de vache, de soya, d’amande, de riz… à vous de choisir!).
 
La maison embaume, et vous voilà sur le point de déguster ce thé aux épices de l’Inde qui facilite le processus de digestion et a des vertus antioxydantes. Comment ne pas l’aimer?
Exercices
Vous travaillez assis à l'ordinateur? Nadia Daigneault, masso-kinésithérapeute, vous propose quelques exercices avec chaise. Choisissez-en un, plusieurs, ou la série!
 
Vous savez sûrement qu’il est bon de vous lever aux heures ou aux trente minutes et de faire quelques mouvements. Ceci aide à faire circuler les liquides, oxygéner tout le corps et la tête, entre autres. Avant de sauter aux exercices, un rappel: lorsque vous êtes assis votre environnement de travail comme votre chaise, votre bureau, la hauteur et la direction de votre écran devraient être ajustés afin qu'une bonne posture soit facilement réalisable.
 
 
Le cou
Élongation pour décompresser la zone cervicale
 
Peut être réalisé assis ou debout. Rentrez le menton en gardant la nuque et le dos droits, ne fléchissez pas la tête vers l’avant, détendez les épaules. Maintenez cette position 3 secondes et sentez l’étirement de la nuque
 
Les yeux
Bouger les yeux pour aider sa vue
Vous pouvez choisir d'être assis ou debout assisté du dossier de votre chaise entre les mains. En expirant, sans bouger la tête, amenez le regard le plus loin possible vers la droite et relâchez lorsque vous inspirez. En expirant encore amenez le regard le plus loin possible vers la gauche, relâchez en inspirant. Faire la même chose en regardant vers le haut, vers le bas et en diagonale. Clignez des yeux plusieurs fois.
 
Les épaules
2 en 1: tonification et étirement
Les mains derrière le cou, les coudes ensembles au début à l'expiration puis séparés à l'inspiration. Ouvrez et fermez vos coudes 3 à 5 fois. Chercher la sensation d'étirement à l'avant et la sensation de serrement entre les scapulas quand vous amenez vos coudes en ouverture et la sensation d'étirement à l'arrière et de serrement à l'avant quand vous ramenez les coudes ensemble.
 
Le dos
Tonification au niveau thoracique
Écartez les pieds de la largeur des épaules et placez les mains dans la région lombaire (la courbure du bas dos) les doigts pointant vers le bas. Rentrez légèrement le ventre pour vous stabiliser et allongez ensuite le tronc vers le haut et l'arrière en respectant vos limitations, tout en gardant les genoux engagés mais non bloqués. Prenez une grande inspiration, une bonne expiration puis revenez à la verticale. Vous pouvez répéter l’exercice 3 à 5 fois. La variante assise est tout aussi agréable: avec les bras placés par-dessus la tête comme effet de levier, allez chercher le même mouvement de tronc vers le haut et vers l'arrière en respectant votre limite avec les mêmes indications qu'en étant debout.
 
Le bassin
Rouler son bassin; sentir le poids de son corps
On oublie trop souvent que l'on est également un corps assis sur une chaise en plus d'être une tête qui pense et des membres qui exécutent. Sentir avec conscience le changement des points de contact avec le sol et la chaise, avec ses pieds et son bassin en ajustant la position du bassin dans un mouvement neutre, c'est-à-dire pas trop renversée vers l'avant ni écrasée à l'arrière, aide au soutien de la colonne et un est une bonne façon d’entraîner le plancher pelvien.
 
Note: Je vous suggère ici quelque chose de général. Si vous êtes suivi par des spécialistes pour des conditions ou troubles de santé, il est toujours bien de vérifier avec eux avant d'entreprendre les exercices afin de vous assurer que c’est sécuritaire pour vous.

Crédit: Marie-Claude Blanchet
 

Dominique Abran, naturopathe

Au secondaire la première idée de Dominique pour gagner sa vie était de cueillir des cerises! La deuxième, plus proche de ce qu’elle fait comme naturopathe, de guérir avec les plantes. C’est dans ce but qu’elle part à 20 ans faire un stage en France avec son conjoint. Jardinage biologique, plantes médicinales, elle se sent à sa place. Une rencontre avec une herboriste allemande est décisive. Dominique devient l’assistante de celle qui crée des remèdes, des tisanes et des teintures. À l’occasion d’un autre stage elle est formée à la culture des plantes médicinales. De retour au Québec, le couple se voit acheter une terre, bâtir une communauté. Dominique veut se former en herboristerie et entend parler de la naturopathie. «J’ai fait des recherches et il me paraissait clair que c’était plus complet, que j’aurais plus de cordes à mon arc car il y avait l’approche avec les plantes, mais plus encore.» Sa formation professionnelle influence sa vie personnelle. Elle était végétarienne, même «granole» selon ses propres mots, et change progressivement sa perspective. Les clichés sur son domaine, elle les connaît : «La naturopathie pour certaines personnes c’est des jus verts, des pousses, des graines, le végétarisme, voire le végétalisme. Quand je dis à mes patients de manger de la viande - bio évidemment - ils sont un peu déstabilisés! Un autre préjugé veut que la naturopathie ce n’est pas fondé. C’est complètement faux! Ma démarche est aussi scientifique. Je travaille avec le biochimique, je m’appuie sur des faits.» La technologie fait d’ailleurs partie de son système d’évaluation, comme les différents tests qu’elle fait passer (intolérances alimentaires, carences, tests de nutriments et toxines, de composition corporelle, de dépistage des débalancements fonctionnels, etc). Ce que Dominique préfère de sa pratique, c’est quand elle fait la connexion entre les systèmes des patients qui la consultent, comprendre que travailler tel organe règlera divers symptômes, avoir une approche globale pour une meilleure compréhension du problème. Le but de cette grande cartésienne? Redonner à tous leur plein potentiel, dégager leur vitalité profonde, en somme, faire ressortir ce qu’elle appelle «le superhumain» qui sommeille en chacun d’eux. Et elle applique ces principes à la lettre, ce qui lui permet de cumuler son travail à la clinique, d’écrire des d’articles, un livre, de mettre des vidéos en ligne, de faire du coaching et de suivre diverses formations ici comme à l’étranger relatives à l’aspect scientifique de la naturopathie. Une «super-naturopathe», en somme !